A l’issue de la première phase de Parcoursup, la tendance la plus spectaculaire des vœux formulés par les futurs bacheliers concerne la licence de Droit, demandée par 16 % des candidats en filières générale. C’est 25 % de plus que l’année dernière.

En clair, cela risque de créer une tension sur la filière, et rendre l’accès aux places plus difficile.

Les STAPS (activités physiques et sportives), la PACES (première année commune des études de santé) et l’économie-gestion recueillent également 8 % et 7 % de vœux de plus que l’an dernier.

Des inégalités devant la mobilité

Globalement,  49 % des vœux des élèves de la voie générale portent sur des licences, 6 % sur les études de santé, 14 % sur un DUT, 10 % sur un BTS, 11 % sur une CPGE.

Deux-tiers des candidats ont fait au moins un vœu hors de leur académie de baccalauréat, soit 3 points de plus qu’en 2018.

Mais les souhaits de mobilité concernent toujours plus les lycéens généraux (73 %) que ceux des lycéens technologiques (62 %) et professionnels (48 %). Et ils concernent davantage les élèves non boursiers (68 %) que les élèves boursiers (58 %).