Alex est un garçon de 12 ans comme les autres. C’est du moins ce qu’il pense car en réalité, il descend directement du mythique roi Arthur et est destiné à arrêter la terrifiante Morgane quand celle-ci fera son retour sur terre…

À l’instar de Shazam !, Alex, le destin d’un roi transforme un enfant a priori ordinaire en sauveur providentiel. Sauf qu’ici, point de super-héros mais un roi dont la célébrité a largement dépassé les frontières de l’Angleterre.

Joe Cornish, le réalisateur de l’excellent Attack the Block, a écrit cette histoire inspirée des légendes arthuriennes en la transposant de nos jours, pour au final livrer une aventure familiale remplie de péripéties, de monstres et de combats à l’épée.

Généreux, inventif et drôle

Dans la plus pure tradition des divertissements des années 80, Alex, le destin d’un roi sait aussi aborder des thématiques plus contemporaines. C’est ainsi au sein d’un monde troublé que prend pied le récit. Joe Cornish en profitant pour vanter les mérites de l’union par delà les différences.

Passionnant de bout en bout, généreux, visuellement inventif et drôle, cette aventure profite du talent de jeunes acteurs absolument impeccables, avec une mention pour Louis Burke, le jeune héros (il s’agit en outre du fils d’Andy Serkis). Sans oublier Rebecca Ferguson, parfaite en Morgane, et Patrick Stewart, visiblement heureux de camper le célèbre Merlin !

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur

Gilles Rolland