Et de deux pour Tim Burton, qui revient chez Disney quelques années après Alice au Pays des Merveilles, pour à nouveau adapter un classique de l’animation, à savoir Dumbo. Un film collant de près à l’intrigue de son modèle, même si le format lui permet aussi d’aller un peu plus loin.

Bizarrement plus douce aussi, cette nouvelle version voit donc un éléphanteau capable de voler grâce à ses grandes oreilles devenir la coqueluche de tout un pays…

Pour des cirques sans animaux sauvage

À travers cette histoire plus souvent triste que drôle, Tim Burton prêche pour des cirques sans animaux sauvages.

Un message fort en faveur de la cause animale, malheureusement illustré sans grand génie de la part d’un cinéaste autrefois si audacieux mais aujourd’hui bien sage. Seuls quelques passages enchantent vraiment alors que d’autres s’avèrent gentiment insipide.

Mais heureusement, car Dumbo lui, avec ses grands yeux si expressif, réussi à nous faire rêver malgré tout !

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur

Gilles Rolland