Dans une récente interview, l’administrateur de la Nasa a déclaré que la prochaine personne que la Nasa enverra sur la Lune sera une femme.

Dans cet entretien accordé à Science Friday, Jim Bridenstine a même annoncé la première sortie spatiale 100 % féminine : le 29 mars prochain en effet, les astronautes Anne McClain et Christina Koch sortiront ensemble de la Station Spatiale Internationale pour une mission de sept heures.

L’agence américaine souhaite également que la première personne foulant le sol de Mars soit une femme.

Il y a d’ailleurs une candidate déjà déclarée et qui se prépare très sérieusement : une ado américaine, Alyssa Carson, vise une mission théoriquement prévue pour 2033.

12 moonwalkers

A ce jour, douze hommes ont foulé le sol lunaire, entre le 21 juillet 1969 et le 12 décembre 1982. Le plus incroyable, c’est peut-être qu’aucune de ce missions n’a eu à déplorer d’incident grave, et que tous les astronautes envoyés sur la Lune – on les appelle les moonwalkers –  sont revenus sains en et saufs.

Quid alors des prochaines missions lunaires habitées ? Il est un peu tôt pour le dire. Mais il est clair que cela intéresse les nouvelles puissances spatiales, telle que la Chine.

Début janvier 2019, celle-ci a fait atterrir sur la face cachée de la Lune (une première dans l’histoire spatiale) un engin d’exploration lunaire.

Ce succès est de bon augure pour la Chine, qui a annoncé son ambition de lancer son premier vol spatial habité en 2022.

Si la Chine envoyait à son tour des humains sur la Lune, cela la placerait définitivement au rang des hyperpuissances mondiales, devant la Russie, qui de son côté, n’a jamais envoyé de cosmonautes de la Lune – ou, si elle l’a fait, elle a échoué et cela ne s’est jamais su, ce qui est tout à fait plausible dans le contexte de la Guerre froide.

Images : Sergio Hdez Trejo/Pixabay - Alan BeanBubba73 at en.wikipedia

A LIRE AUSSI SURWEFUZZ

Concours étudiant Génération ISS : votre projet dans l’espace