Ce début d’année a marqué le retour à la télévision de la série True Detective, après une pause de quatre ans et une saison 2 jugée décevante. Alors que le troisième acte vient de se terminer, si on faisait un petit bilan ?

La saison 3 de True Detective, toujours chapeautée par Nic Pizzolatto, suit deux enquêteurs à la recherche d’une enfant disparue. Si l’action se déroule dans un premier temps en 1980, elle fait de réguliers bonds dans le temps pour suivre les mêmes personnages à plusieurs moments de leur existence.

1980 donc, mais aussi 1990 et 2015. Cette multiplication des temporalités permet au show de se montrer plus original et, surtout, plus malin que les thrillers lambda. Et si l’écriture est une nouvelle fois impressionnante de maîtrise, il faut aussi louer le montage et la réalisation de grande qualité.

Une grande série, définitivement

Série esthétiquement très réussie, True Detective donne aussi des partitions de choix à ses acteurs, les excellents Mahershala Ali (Alita, Green Book, Moonlight), Stephen Dorff (Blade, Somewhere, American Hero) et Carmen Ejogo (Selma, Alien : Covenant, Les Animaux Fantastiques) en tête.

Et tant pis si les spectateurs qui attendent quelque chose de similaire à la saison 1 risquent d’être déçus : car ici, si l’ambiance peut justement rappeler celle du premier acte, le traitement, et la fin notamment, sont d’une toute autre nature. Définitivement une grande série!

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur

Gilles Rolland