Ils sont exobiologiste, cosmologiste, physicien, mathématicien, chimiste, généticien… Dans Aliens, Ce que la science sait de la vie dans l’Univers, ils explorent l’hypothèse de la vie extraterrestre dans un langage clair et abordable. Et c’est passionnant !

Vous vous êtes déjà demandé si va vie extraterrestre existait ? A quoi elle pourrait ressembler, et où ? Pourrait-il exister d’autres êtres conscients? Qu’arriverait-il s’ils nous trouvaient ?

Dans cette lecture-voyage extraordinaire d’une vingtaine de chapitres thématiques, chacun développé par un spécialiste, on découvre les possibilités d’une vie dans les blocs de glace et les lacs d’hydrocarbures de Titan, ce que disent les neurosciences des phénomènes d’enlèvements extraterrestres, ou encore pourquoi le calcul quantique pourrait détenir le secret de la vie.

L’eau, le solvant magique du vivant

Certains d’entre eux sont optimistes et nous font rêver : oui, la vie peut facilement apparaître lorsqu’une planète est située dans la « boucle d’or » de son système solaire, c’est-à-dire à une distance de son soleil qui permet à l’eau d’être liquide. Or, il y en a des milliards dans ce cas dans notre galaxie.

On découvre au passage les formidables qualités de l’eau, véritable solvant du vivant, qui offre des propriétés chimiques quasi-miraculeuses pour faire émerger la vie. Quand au « vivant » proprement dit, on s’aperçoit qu’il est difficile de s’accorder sur ce qui le différencie du « non-vivant », car il est très compliqué d’arriver à dire à quel moment précis un ensemble de molécules organiques, qui interagissent chimiquement de manière complexe, devient véritablement un organisme vivant.

D’autres scientifiques nous expliquent que notre forme de vie, dotée d’une intelligence et d’une conscience, avait peu de chances d’exister. Si une météorite n’avait pas causé l’extinction des dinosaures, qui n’ont pas évolué vers l’intelligence en 180 millions d’années, notre planète serait toujours dominée par des grands lézards pas très futés. Ils en concluent que, si la vie est probablement répandue dans l’univers, ce n’est peut-être pas le cas de l’intelligence.

Contact entre intelligences artificielles

D’autres, plus pessimistes, pensent que l’intelligence organique n’est qu’un stade, un court interlude (à l’échelle de l’univers) avant que les machines ne prennent le dessus : ainsi, le premier contact extraterrestre aurait de fortes chances de se faire entre intelligences artificielles.

Ces scientifiques nous rappellent aussi que l’espace n’est pas l’endroit idéal pour que des formes de vie s’y promènent, raison supplémentaire pour déléguer aux machines le voyage intersidéral sur de longues distances spatio-temporelles.

Enfin, un chapitre sur la recherche de signaux radio extraterrestres souligne combien il est ingrat de traquer des signaux qui n’ont peut-être jamais été émis. Et attire notre attention sur le fait que des intelligences extraterrestres se sont peut-être tellement développées qu’elles évoluent sous des formes qui nous échappent.

Cet ouvrage passionnant est publié par les Editions Quanto, dont le catalogue de vulgarisation scientifique à de quoi rendre fou furieux les curieux passionnés par les sciences.

Aliens, Ce que la science sait de la vie dans l’Univers, sous la direction de Jim Al-Khalili, Editions Quanto, 390 pages, 18,50 euros.

Fabien Cluzel

 


A LIRE AUSSI SUR WEFUZZ

Ces œuvres intrigantes où figurent des objets qui ne devraient pas y être…

Signe de vie, le space-thriller qui fait réfléchir (à tout un tas de trucs !)