Contrairement à beaucoup de films qui ont eu du mal à concurrencer Toy Story, Wall-E ou encore Les Indestructibles, la saga Dragons s’est imposée par la qualité de sa réalisation et sa profondeur.

Dès son premier volet, Dragons a su mettre en avant une belle maîtrise technique assortie d’un discours plein d’intelligence, capable de résonner chez les enfants mais aussi les adultes.

Dragons 3, l’ultime volet de la saga, ne déroge pas à la règle. Dans ce troisième épisode, Harold et Krokmou doivent faire face à un puissant ennemi dont l’objectif est ni plus ni moins d’exterminer tous les dragons. Une seule solution pour les deux amis : trouver le monde caché…

Belle histoire et grand spectacle

La trame de Dragons 3 n’a rien de compliqué mais le film lui, sait se faire beaucoup plus profond qu’on pourrait le penser au premier abord. Tout d’abord parce qu’il aborde des thématiques comme le passage à l’âge adulte en se payant, en plus, le luxe de brillamment illustrer une touchante histoire d’amour (et d’amitié toujours). Mais aussi car il saisit la balle au bond pour repousser encore un peu plus loin ses propres limites en termes de grand spectacle.

Dragons 3 est ainsi un film magnifique, bourré de poésie, traversé d’authentiques morceaux de bravoure, palpitant et bien sûr terriblement émouvant. Un vrai tour de force !

Du côté de chez Pixar, c’est fin juin prochain que sortira le gros morceau attendu par beaucoup de fans : Toy Story 4. Soit neuf ans après le précédent opus. On y retrouvera Buzz l’éclair et ses potes, mais aussi un nouveau personnage énigmatique.

Pour l’anecdote, sa bande-annonce a déjà fait réagir. L’association américaine PETA de défense des animaux a demandé à Pixar de supprimer la crosse de bergère de Bo Peep, car cet instrument est jugé agressif et violent pour les moutons.

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur

Gilles Rolland