Green Book : Sur les routes du sud, c’est l’histoire vraie de Tony Lip, un videur un peu rustre de boite de nuit, qui endosse le rôle le chauffeur pour Don Shirley, un imminent pianiste afro-américain. Deux hommes très différents, enfermés dans une voiture amenée à parcourir le sud profond des États-Unis, au début des années 60…

Peter Farrelly a réalisé avec son frère Bobby quelques-unes des meilleures comédies du cinéma américain, parmi lesquelles Mary à tout prix et Fou d’Irène. Naviguant pour la première fois en solo, le cinéaste en profite pour changer de registre et nous gratifie d’une œuvre bouleversante, car juste en permanence et surtout terriblement utile dans le contexte actuel.

De l’humour et des larmes

Green Book ne se prive pas d’exploiter l’humour pour dénoncer le racisme et plus globalement la discrimination, mais s’avère tout aussi capable de faire couler les larmes. Et si le talent de Peter Farrelly y est pour beaucoup, il faut absolument saluer le travail des deux acteurs. Mahershala Ali, parfait, touchant et complexe, donne ici le change à un Viggo Mortensen surprenant dans la peau d’un Tony Lip lui aussi très attachant.

À voir absolument !


A VOIR AUSSI SUR WEFUZZ

Glass : que vaut la suite de Split et d’Incassable ?


 

 

Gilles Rolland

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur