Aux Etats-Unis, les ados et les jeunes adultes ne fument plus et ne vapotent plus : ils « juulent ».

C’est une cigarette électronique aux allures de clé USB et elle fait fureur auprès des jeunes adultes aux USA. Son nom : Juul.

Conçue par la startup Juul Labs, une startup américaine, elle était surtout destinée aux adultes qui souhaitent arrêter de fumer.

Mais c’est auprès des jeunes que le produit rencontre le plus grand succès : il est même devenu une mode dans les établissements scolaires. Cela est en grande partie dû à son design ultra-simple. La cigarette ressemble à une clé USB.

Et c’est cette similitude qui a poussé des collèges et des lycées à interdire les véritables clés USB. Pour transmettre des documents, les élèves sont désormais contraints d’utiliser des outils en ligne, pour les empêcher de « juuler » !

70 % du marché… et beaucoup de nicotine

Il faut savoir que la startup s’est emparée de 70 % du marché des e-cigarettes aux USA ! Le problème, c’est que les jeunes consommateurs ne semblent pas prendre conscience qu’ils s’exposent aux dangers du tabagisme.

Car là où la Juul se distingue aussi des autres cigarettes électroniques, c’est qu’elle est fortement dosée : les capsules utilisées pour la recharger contiennent beaucoup de nicotine (5 % environ) ! On estime qu’une capsule contient autant de nicotine qu’un paquet entier de cigarettes. Parmi les jeunes consommateurs, seuls 37 % sont informés que Juul contient la substance additive du tabac.

Les mesures prises semblent encore bien faibles compte tenu de l’ampleur du phénomène. Et rien n’arrête les ados, qui n’hésitent pas à prendre des bouffées de Juul en pleine salle de cours. Ils deviennent accros, et les établissements ainsi que les parents peinent à enrayer la tendance. Pour l’instant, la Franc est épargnée. Pour l’instant.


A LIRE AUSSI SUR WEFUZZ

Les 18-25 ans, le volant, l’alcool et la drogue