Imaginez un monde aux abois, dans lequel les villes sont montées sur roues, parcourant un no man’s land impitoyable. Dans ce monde infernal, des cités comme Londres, la plus grande et la plus féroce de toutes, se nourrissent de plus petites bourgades, au détriment de leurs habitants…

Voilà le pitch de ce blockbuster produit par Peter « Le Seigneur des Anneaux » Jackson et réalisé par Christian Rivers, un de ses plus fidèles collaborateurs, puisqu’ils bossent ensemble depuis Bad Taste, le tout premier film de Jackson.

Accessoirement, Mortal Engines est l’adaptation du premier tome de la saga de Philip Reeve, Mécaniques Fatales.

Abouti et généreux

Visuellement très abouti, bénéficiant de tout le savoir-faire d’un metteur en scène rompu aux techniques de pointe, Mortal Engines suit une trame relativement prévisible mais sait se montrer généreux. On vibre ainsi sans problème devant ce film qui avance efficacement vers son dénouement.

Un dénouement par ailleurs en forme de points de suspension… Car il est fort probable que les trois livres suivants se retrouvent également au cinéma dans les années à venir en cas de succès.


A LIRE AUSSI SUR WEFUZZ

Mowgli : l’autre livre de la jungle


 

Gilles Rolland

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur