Créée en 2009 par une firme sud-coréenne, la 4DX a débarqué depuis peu dans les salles françaises via les complexes Gaumont/Pathé. Cela consiste donc en une salle munie de toutes sortes d’équipements censés augmenter l’immersion et proposer au spectateur une véritable expérience.

Dans une salle 4DX, les films sont ainsi projetés en 3D. De gros ventilateurs « fabriquent du vent », on reçoit de l’eau, en jet, grâce à des orifices placés devant, ou sous forme de pluie fine. On peut aussi être bombardés de flashs lumineux, tandis que de la neige et divers éléments peuvent tomber du plafond et, bien sûr, les sièges bougent ! Sans oublier l’air comprimé qui intervient à des moments clés en sortant par de petits trous placés dans le repose-tête, et le dossier qui remue… ce dernier point étant un peu étrange car on a franchement l’impression que la personne derrière met des coups dans le fauteuil !

A éviter après le repas…

Bref, nous avons testé la 4DX avec le film En Eaux Troubles, qui voit ainsi Jason Statham affronter un requin géant. Verdict : la 4DX est parfaitement adaptée à ce genre de blockbusters, tant elle amplifie les effets à l’écran pour les  traduire par des mouvements ou autres (dans certains cas, la 4DX propose même de vivre le film en « odorama »). Une expérience plutôt concluante, mais néanmoins déconcertante au début.

Car au début, avant le film, nous avons droit à un petit clip qui présente la 4DX et qui condense de manière un peu abrupte tous les effets en quelques secondes. Le fauteuil bouge dans tous les sens, il y’ a de l’eau, ça vibre, il y a du vent, bref, on a en prend plein la tête en se disant qu’on aurait peut-être pas dû prendre deux fois de choucroute au dîner.

Un tour de manège pas comme les autres

Mais finalement, pendant le film, on finit par s’habituer puis par apprécier les effets : quand le siège bouge lentement lorsque l’action se déroule sur un bateau, quand il traduit un violent recul au moment d’une explosion, ou encore quand des gouttes d’eau froide (mais non salées !) s’échappent du plafond alors que le requin sort des flots pour dévorer ses victimes… La séance de cinéma se transforme alors quasiment en tour de manège. Un peu comme à Disneyland ou au Futuroscope, en somme.

Bien sûr, tout ceci a un prix. Comptez un peu plus de 20 € pour une séance à plein tarif. Oui c’est cher, mais ça se tente !

Gilles Rolland