Vous n’avez pas pu passer à côté. Vous êtes d’ailleurs peut-être un(e) pratiquant(e) ou vous connaissez quelqu’un qui adore ça. Le Stand Up Paddle a largement su s’imposer ces dernières années. Mais d’où vient ce sport ? Se pratique-t-il facilement et est-il à la portée de tous ?

 

Un peu d’histoire

Le Stand Up Paddle trouve ses origines en Polynésie. À l’époque, il s’agissait surtout d’un moyen pour les rois polynésiens de parcourir de plus ou moins grandes distances entre les îles afin de faire du commerce et de se livrer à l’exploration. Des rois qui utilisaient alors jadis des planches taillées dans des troncs d’arbre. Bond en avant dans le temps. Dans les années 50, les surveillants de plage utilisent alors le stand up paddle pour aller et venir le long de la côte de Waikiki. Un bon moyen de surveiller les baigneurs. Ce n’est que plus tard que le stand up paddle est vraiment devenu un sport, avec ses compétitions. On attribue d’ailleurs au célèbre surfeur Laird Hamilton le retour du stand up paddle sur le devant de la scène quand, en 2004, il utilisa une plage plus longue munie d’une pagaie lui permettant de gagner des zones où il pouvait affronter de plus grosses vagues.

Depuis, des surfeurs comme Kai Lenny et Jérémy Massière utilisent aussi des pagaies et dans le monde, des milliers d’adeptes pratiquent le stand up paddle sur les mers et les océans, mais aussi les fleuves et les lacs…

 

Un point sur le matériel

On trouve sur le marché deux types de planches de stand up paddle : la planche rigide et la planche gonflable. La planche rigide est bien sûr beaucoup plus encombrante et se rapproche sur bien des points de la planche de surf classique. Les planches gonflables pour leur part, sont de plus en plus plébiscitées par les pratiquants en raison des gros progrès qui ont été faits concernant leur conception et de l’aspect bien évidemment très pratique. On remarque aussi que malgré leur côté a priori fragile, elles sont en réalité très solides.

Forcément, il existe un type de planche pour chaque usage. Les compétiteurs, qui vont rechercher les performances, vont opter pour des modèles bien précis, tandis que les pratiquants qui font du stand up paddle le week-end, tranquillement sur un fleuve, choisiront une autre planche.

 

Les bénéfices du stand up paddle

Contrairement au surf, le stand up paddle ne nécessite pas de vague et peut donc, comme souligné plus haut, se pratiquer partout où il y a de l’eau (pour faire simple). À la mer, dans un lac ou sur un fleuve. On peut pêcher en stand up paddle, faire des randonnées, des courses, des descentes de rivières ou simplement déambuler en se laissant porter par l’inspiration (et le courant).

Un sport qui ne nécessite pas, contrairement au surf là encore (de manière générale en tout cas), de prendre des leçons. On peut y aller tranquillement au début et s’entraîner à rester debout sur la planche pour gagner en équilibre. On peut ainsi travailler le gainage de la sangle abdominale pour peut-être parvenir à se stabiliser plus vite.

Certains spécialistes affirment que le stand up paddle est très bon pour le dos et tient donc à distance les douleurs lombaires et autres maux plus ou moins récurents et/ou gênants.

Et puis il y a ce côté zen. Dans certaines configurations, le stand up paddle permet de se vider l’esprit et de ne plus faire qu’un avec la nature…