Ce n’est désormais plus un secret pour personne : les océans de notre chère planète bleue regorgent de plastique. Une matière qui met en danger les poissons et la biodiversité dans son ensemble (200 espèces sont directement menacées). On trouve même un continent flottant d’une taille équivalente à 6 fois celle de la France, qui dérive dans le Pacifique… Alors comment réparer et cela est-il encore possible ? Comment nettoyer les océans avant qu’il ne soit trop tard (si ce n’est pas encore trop tard) ? Alors que certaines voix s’élèvent pour souligner le caractère plus ou moins inéluctable de la situation, d’autres proposent des solutions. À l’instar de Boyan Slat, un jeune entrepreneur de seulement 23 ans, qui affirme avoir inventé un système qui permettrait de nettoyer l’ensemble des océans en seulement 10 ans.

 

Élimination totale !

C’est dès l’âge de 16 ans que Boyan Slat, alors qu’il constatait l’ampleur des dégâts en faisant de la plongée, a commencé à imaginer une solution à ce désastre écologique grandissant. Et cette solution, là voici : plutôt que de chercher le plastique pour l’éliminer, Slat affirme qu’il faut le laisser venir à nous pour pousser les océans à s’auto-nettoyer. Plus facile à dire qu’à faire ? Peut-être pas…

En gros, il s’agirait de disposer, en haute mer, une sorte de fer à cheval géant censé récolter le plastique. Une idée qui a surgi dans l’esprit de Slat quand il remarqua que les déchets avaient tendance à rester près des côtes. Son but fut alors de trouver un système qui permettrait de simuler des côtes en pleine mer pour « forcer » le plastique à s’y déposer. Il serait ainsi plus facile de le récolter par la suite.

 

Les océans peuvent-être à nouveau propres d’ici 2050

Mais comment un jeune homme inconnu de 23 ans va-t-il pouvoir imposer sa voix dans un débat complexe ? Réponse : en soulignant les bénéfices économiques de son système (entre autres choses). En rappelant que la pêche souffre aussi de cette pollution massive et que finalement, enlever le pastique des océans reviendrait moins cher que de le laisser s’y accumuler.

Petit à petit, l’idée a fait son chemin auprès de divers investisseurs. Boyan Slat a aussi mis en place une campagne de crowfunding lui ayant permis de récupérer 2 millions de dollars. À ce jour, le gouvernement hollandais a été le seul à soutenir financièrement le projet. Mais il faut dire que Boyan Slat est hollandais. Si un pays comme les États-Unis ou encore la Chine mettait la main à la poche, les choses pourraient considérablement s’accélérer.

Cependant, la machine est lancée. Le nettoyage du vortex du Pacifique Nord, le plus grand au monde, devrait débuter cette année et il est prévu que 50 à 60 systèmes de nettoyage soient déployés en 2020. Boyan Slat a aussi planifié la mise en place de systèmes destinés à bloquer le plastique dans les rivières et les fleuves avant qu’il n’arrive dans l’océan…

 

Source : National Geographic