Absent d’Avengers : Infinity War (avec Hawkeye), Ant-Man est de retour dans une seconde aventure solo. Enfin, pas tout à fait solo puisqu’ici, comme le titre du film l’indique, la Guêpe va lui prêter main forte. Un duo qui va devoir se frotter à un ennemi d’un nouveau genre, aussi puissant que mystérieux quant à ses motivations…

 

Infiniment petit

Toujours réalisé par Peyton Reed (qui avait pris la place d’Edgar Wright aux commandes du premier volet, souvenez-vous), Ant-Man et la Guêpe explique donc en partie pourquoi, après avoir combattu aux côtés de Captain America dans Civil War, Ant-Man n’a pas pris part à la lutte contre Thanos dans Avengers : Infinity War. Même si au fond, cette question n’est pas du tout au centre du film. Un long-métrage par ailleurs en forme de parenthèse un peu plus légère, avant l’arrivée dans le Marvel Cinematic Universe de Captain Marvel et le retour en 2019 des Avengers (ou plutôt de ce qu’il en reste). Non car Ant-Man 2 raconte une histoire totalement indépendante et voit donc notre héros à taille variable se fritter avec des adversaires qui n’ont rien à voir avec ceux d’Iron Man, Doctor Strange, Spider-Man ou les autres.

 

Toujours aussi ludique

La grande force d’Ant-Man premier du nom était son côté ludique. Un aspect inhérent aux capacités du personnage, capable de rétrécir mais aussi de grandir à volonté grâce à une combinaison super perfectionnée. Ici affublé d’une partenaire qui a au moins autant d’importance que lui, le super-héros continue sur sa lancée. Le deuxième volet de ses aventures étant toujours aussi impressionnant car jouant sur les perspectives avec un sens du spectacle toujours appréciable. Un peu comme quand, alors qu’ils sont poursuivis par les méchants, la Guêpe et le meilleur ami de Scott Lang (le vrai nom d’Ant-Man) font rapetisser leur voiture avant de lui faire reprendre sa taille normale. Dans les rues sinueuses de San Franciso en plus. Effet garanti ! Et c’est d’ailleurs le show, très bien rythmé et soutenu par des effets-spéciaux parfois hallucinants, ainsi que les dialogues pleins d’humour, qui permettent de faire oublier qu’au fond, ce nouvel Ant-Man manque de quelque chose de primordial : un vrai méchant. Ici, c’est plié d’avance et forcément, la tension dramatique s’en ressent très vite.

Cela dit, le blockbuster s’avère plus que généreux. Surtout quand il mise sur ses acteurs, tous excellents, de Paul Rudd, parfait encore une fois, à la géniale Evangeline Lilly, en passant par l’impérial Michael Douglas et la superbe Michelle Pfeiffer.

 

Et surtout n’oubliez pas : c’est un Marvel, donc on reste jusqu’ à la fin du générique !

 

Gilles Rolland

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur