Carton mondial, le premier Jurassic World revisitait à sa sauce, sans trop d’originalité mais avec une belle énergie, le premier Jurassic Park de Steven Spielberg.

Sa suite, qui débarque cette semaine dans les salles obscures, se rapproche quant à elle du Monde Perdu, le second volet de la saga, et voit donc Claire et Owen, les héros incarnés par Bryce Dallas Howard et Chris Pratt, prendre part à une mission de sauvetage. Les dinos étant directement menacés par une méga éruption volcanique sur l’île dont ils ont pris le contrôle.

Réalisé de main de maitre par Juan Antonio Bayona (The Impossible, L’Orphelinat), Jurassic World 2 offre des séquences qui se classent parmi les plus réussies de la saga. Le cinéaste est néanmoins impuissant lorsqu’il s’agit de faire vivre une histoire prévisible dont la seule audace est d’assembler impunément tous les clichés possibles et inimaginables en espérant que cela ne se verra pas.

Manque de bol, ça se voit et Jurassic World 2 s’impose à l’arrivée comme un blockbuster certes impressionnant, mais pas très passionnant et surtout assez fade. On se consolera donc avec ces images d’éruption volcanique incroyablement spectaculaires et avec ces bastons toujours réjouissantes entre des dinos génétiquement modifiés…

 

Gilles Rolland

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur


À lire aussi sur WeFuzz :
JURASSIC PARK : LE CHEF D’ORCHESTRE EST UN T-REX !