C’est la polémique de la semaine. Le développeur Revived Games prépare le lancement le 6 juin d’Active Shooter, un véritable “simulateur” de tuerie de masse sur un campus.

Le joueur a le choix : incarner un membre des forces spéciales pour empêcher le massacre, ou jouer le rôle du tueur.

La page Steam du jeu montre explicitement des images et des vidéos dans lesquelles on voit des étudiants se faire abattre ou se faire matraquer.

Alors qu’une vingtaine de fusillades se sont produites depuis le début de l’année aux Etats-Unis, des salves de critiques se sont abattues sur l’éditeur.

Le choix du pire vous appartient…

Celui-ci a réagi en indiquant que le joueur avait le choix d’être « le bon ou le méchant », et que le jeu ne favorisait en rien les comportements violents, rappelant également que des jeux tels que Carmageddon, Hatred ou Postal n’étaient pas moins violents.

Avec des arguments pareils, autant mettre les armes en vente libre. Tiens, c’est déjà le cas aux USA, avec les résultats que l’on sait…