Bosser l’été, c’est idéal pour se faire de l’argent de poche, financer l’achat d’un deux-roues à la rentrée ou se payer le permis. Mais si vous avez moins de 18 ans, il y des règles à respecter, surtout du côté de l’employeur.

De votre côté d’abord, la première règle est simple : vos parents doivent être d’accord ! Surtout si c’est pour aller laver des vitres sur un porte-avions…

Du côté de l’entreprise, le cadre est fixé par la loi et il n’est pas négociable :

  • il doit y avoir un vrai contrat de travail, en principe à durée déterminée (CDD),
  • une visite médicale avant l’embauche est prévue,
  • des conditions de travail doivent être adaptées à votre âge (pas de travail de nuit),
  • une rémunération minimale est prévue,
  • des indemnités de congés payés sont versées en fin de contrat,
  • la durée de votre repos doit être au moins égale à la moitié de chaque période de congés (ainsi, par exemple, pendant des vacances de 2 mois, vous ne pouvez pas travailler plus d’un mois ; pendant des vacances d’un mois, pas plus de 15 jours, etc.).
Pas déclaré = pas assuré

Bref, les règles générales du travail s’appliquent au job d’été, sauf si vous êtes payés « au noir », ce qui d’une part est illégal, et d’autre part vous prive des avantages du travail déclaré, comme par exemple d’être assuré en cas d’accident.

Evidemment, quand il y a un contrat, vous êtes soumis aux mêmes obligations que les autres salariés de l’entreprise (respect du règlement intérieur) et vous avez droit aux mêmes avantages (cantines, pauses…).

Toutefois, les moins de 16 ans ne peuvent pas travailler plus de 35 heures par semaine ni plus de 7 heures par jour ; par ailleurs, comme on l’a déjà dit, le travail de nuit ainsi que certains travaux leur sont interdits.

En contrepartie, les moins de 18 ans sont rémunérés sur la base du SMIC (1 498,47 euros bruts) : 80 % minimum avant 17 ans et 90 % minimum entre 17 et 18 ans, SAUF si le jeune possède six mois de pratique professionnelle dans la branche (il touche alors 100 %).

L’art de se faire embaucher

Maintenant, encore faut-il le trouver, ce job ! Comment s’y prendre ?

D’abord, solliciter le carnet d’adresses de ses parents. Et évidemment, fouiller sur le web, qui regorge de portails sur les emplois saisonniers, à commencer par celui du CIDJ (www.jobs-ete.com).

Autre réflexe, se renseigner directement sur l’emploi saisonnier pas loin de chez vous : beaucoup d’entreprises dont les salariés prennent des vacances ont de gros besoin en été, en particulier dans la manutention. En clair, dès qu’une entreprise a un entrepôt, elle a besoin de personnels pour gérer des stocks. Allez-vous renseigner, faites-vous connaître, adressez-leur votre CV ET une lettre de motivation.

Pour faire votre CV, le net fourmille de bons conseils. Là, faites simple et clair : comme vous n’avez pas encore beaucoup de compétences techniques, insistez sur votre sens des responsabilités, votre motivation, votre esprit d’équipe… tout ce qui vous montre sous votre meilleur jour. Cet exercice vous permettra aussi de mieux vous connaître et de faire le tour de vos (nombreuses) qualités. Tout doit tenir en trois parties : ce que j’ai appris (parcours scolaire), ce que je sais faire (en fonction de votre expérience, de vos stages, des responsabilités que vous avez déjà exercé à quelque titre que ce soit), ce que j’aime (les « fameux » centres d’intérêt). Si vous êtes quelqu’un de souriant, dynamique, curieux et motivé, il faut que cela se voit dans votre CV alors ne sous estimez pas l’importance d’une belle présentation ! 

Et pour vous assurer d’avoir un CV au top du top, inutile d’avoir une formation de graphiste ! Grâce à Canva.com par exemple vous pourrez créer un CV design et moderne. Un outil de création graphique, en ligne, gratuit et très simple d’utilisation !

Sachez convaincre l’employeur

Deuxième étape, votre lettre de motivation. Dans un français irréprochable, vous y indiquerez en quelques lignes POURQUOI vous proposez votre candidature à un job dans CETTE entreprise là et pas une autre. Ici, pas de chichis inutiles. Ce n’est pas (encore) comme si vous étiez diplômé d’une grande école à la recherche d’un poste de direction. Expliquez simplement que vous êtes à la recherche d’un emploi saisonnier qui vous apportera une première expérience intéressante, et montrez que vous vous êtes un minimum renseigné avant sur l’entreprise à laquelle vous vous adressez. Et surtout, faites relire cette lettre par quelqu’un d’autre pour ne laisser aucune faute !

Si le patron vous pense vraiment motivé et bosseur, et qu’il a d’autres candidats qui n’ont pas fait autant d’efforts que vous pour le convaincre (ou qui ont fait plein de fautes dans leur CV et leur lettre), c’est vous qu’il choisira.