Vous êtes nombreux à pousser des cris d’alarme, à l’approche des examens, devant la quantité de cours à assimiler. Outre les méthodes, que vos profs vous enseignent et qui comptent autant sinon plus que le par cœur, votre mémoire sera indispensable pour vous en sortir devant la feuille blanche.

La mémoire est une faculté qui s’entretient, se développe et fonctionne selon des règles qui gagnent à être connues. Par exemple, saviez-vous que, plus vous avez de vocabulaire, mieux vous réussissez ? La raison : la mémorisation d’un grand nombre de mots et de leur sens permet au cerveau de déduire plus facilement à partir des informations contenues dans son réseau de connaissances.

Saviez-vous également que le meilleur moment pour apprendre est la fin de matinée ? C’est à ce moment de la journée que le cerveau est le plus vif, à condition évidemment de ne pas se lever à midi, et d’avoir pris un bon petit-déjeuner.

Alternez les matières

Et quand bien même vous mémorisez au meilleur moment, les cellules grises saturent au bout de 45 minutes. N’hésitez donc pas à faire de courtes pauses de 5 à 10 minutes dès que vous fatiguez. Autre astuce si les neurones galèrent : changez de matière. Vous stimulerez ainsi différents types de mémoires et donc, en les alternant, vous les reposez.

Autre méthode qui a fait ses preuves : révisez à voix haute. C’est plus long que de lire dans sa tête, mais en mobilisant la parole et l’ouïe en plus du sens visuel, vous fixerez davantage. Et puis c’est bon pour l’élocution ! Evidemment, cela suppose d’être dans un environnement favorable. Cherchez à vous isoler autant que possible. Lorsque vous êtes en révision intensive, c’est à votre entourage de s’adapter à vous, pas l’inverse.

Dans le même temps, protégez-vous du stress, qui gêne la fixation dans la mémoire. Pas d’interférences visuelles ni auditives non plus : réviser à côté de la télé ou avec du mp3 dans les oreilles ne sert à rien. Faites l’un ou l’autre, pas les deux.

Et l’hygiène de vie ? C’est important, l’hygiène de vie…

La mémoire n’est pas abstraite : elle repose sur des cellules, donc sur votre corps, qui lui-même a besoin d’équilibre en terme d’alimentation, de sommeil et d’exercice.

Alimentation d’abord : misez sur des aliments riches en calcium et en phosphore comme le lait ou le fromage, mais aussi en magnésium (fruits secs, pain complet, chocolat) et en vitamines B (fruits secs, céréales complètes, cacao). Sommeil ensuite : imposez vous de la régularité (ne pas alterner nuits courtes puis nuits normales) et un temps de sommeil minimum, indispensable au repos de votre matière grise, rincée par des journées de révisions intensives.

Travaillez dans une pièce régulièrement aérée (le cerveau a besoin d’oxygène frais pour fixer), sur un bureau rangé, buvez de l’eau régulièrement et faites un footing entre deux grosses séances de travail.

Attention aux produits vendus dans le commerce pour « booster » la mémoire : certains contiennent des stimulants qui nuisent au sommeil. Rien ne sert en effet de bosser plusieurs heures avant de se coucher si c’est pour passer une nuit à se retourner dans son lit.

 

 

Ayez confiance !

Enfin, cela va sans dire mais c’est mieux en le disant : le chichon, c’est pas bon ! Le cannabis a un effet catastrophique sur la mémoire. Autant de consommé, autant d’efforts à produire en plus pour un même résultat – et encore…

Pour conclure, pensez positif et ayez confiance en vous : ne vous dites pas que vous êtes nul et que vous n’avez aucune mémoire. D’ailleurs, faites le test : avez-vous du mal à retenir les paroles de vos chansons préférées ?

F.C.