En exclusivité pour WeFuzz, le Très-haut aux mille patronymes nous a accordé un entretien dans un lieu tenu secret : il s’y livre sans détour ni langue de bois dont on fait les bûchers.

Bon, Dieu, ça va en ce moment, la forme ?
Je sors d’un after là, j’ai une barre de classe divine au-dessus des sourcils. Et puis quand Je vois la zone que c’est sur votre petit caillou, ça Me casse un peu le moral.

Oui ben justement, humble Brahmâ, c’est souvent en Votre nom que ça part en vrille…
Oh la, attention ! J’y suis pour rien Moi ! C’est pas parce qu’une poignée de VRP auréolés ont voulu franchiser chez vous que ça Me rend responsable. Ils ont monté des séminaires marketing qui ont cartonné, c’est tout. 

C’est-à-dire, Seigneur, que les gens ont surtout cru que Vous aviez envoyé du monde pour leur filer un coup de main, rapport à la-vie-c’est dur, tout ça…
Mais bon Moi de bon Moi, apprenez à vous dém… tout seul ! C’est quoi cette manie d’attendre que ça tombe du Ciel ? Tout ça, c’est la faute d’Adam. Dès le début il était incapable de se débrouiller tout seul, et comme les chiens font pas des chats, voilà le résultat. J’ai vraiment pas assuré avec ce gosse. Mais bon à l’époque, Je sortais pas mal, J’avais d’autres chantiers et pas mal de concurrence. Ça m’a pris du temps d’expliquer aux autres divinités que désormais il n’y avait plus qu’un seul patron, Moi.

Et Eve ?
D’abord, elle ne s’est jamais appelée Eve, mais Gisèle. Mais vos chroniqueurs, ça leur plaisait pas, alors ils ont simplifié avec ce prénom passe-partout. Ensuite, elle M’a beaucoup déçu. Au lieu d’aider Adam, elle lui a mis le cerveau et le reste à l’envers : « fais-ci », « fais pas ça », « fais ce que je te dis », « je suis pas ta mère », « ça me va, dis tu me regardes ? »…

« Je n’ai rien demandé, rien promis… »

Bon, miséricordieux Tout-Puissant, Vous pourriez au moins nous donner un ou deux tuyaux sur le sens de la vie…
(Perplexité) Le quoi de la quoi ? (Réflexion divine)… Vous voyez la roche qui forme la montagne ? Elle met des millions d’années à ne rien faire ou pas grand chose : voilà le sens de son existence. Hé bien vous, c’est pareil !

Cela fait des siècles que se perpétuent, souvent violemment, des divisions sur le bon Vous : êtes-Vous juif, musulman, chrétien, bouddhiste… ?
(Gros soupir) Tout ça, c’est des histoires de marques sur le marché des âmes. J’observe surtout que certains n’ont que ça à faire de Me revendiquer et de Me faire parler à tort et à travers. En plus, ils le font sur le dos autres : et que je monte des clergés, des temples et des machins avec le pognon de ceux qui bossent, et que je leur dis ce qu’il faut faire ou pas en brandissant des menaces pour attardés mentaux… Politiquement et commercialement parlant, c’est très réussi. C’est le fond de commerce le plus lucratif que J’ai jamais vu.

Mais, c’est pour Votre plus grande gloire, Dominus !
(Les yeux écarquillés) T’as pris un acide avant de venir ou quoi ? Je vais vous dire le fond de Ma pensée, car Je vous connais comme Je vous ai faits : vous êtes une espèce violente, mais vous n’arrivez pas à l’assumer et vous vous arrangez pour le faire en Mon nom. Le pire, c’est que c’est souvent sincère.

Mais quand même, Ô Grand barbu, vous pourriez faire quelque chose : le Moyen Orient se déchire en Votre… heu, en Vos noms, ça a des conséquences sur le reste du monde…
Justement ! À force de ne rien faire, si ça pouvait faire comprendre aux uns et autres que je ne leur ai rien demandé, rien promis, ni élu personne…

On voudrait savoir aussi, Krishna : sommes-nous seuls dans Votre création, ou y a-t-il d’autres espèces ?
Heureusement que vous n’êtes pas les seuls, petits cons arrogants ! Sinon Je me serais jeté dans un trou noir depuis une éternité… Enfin, façon de parler. Non seulement vous n’êtes pas les seuls, mais vous êtes plutôt en fin de peloton, si vous voyez ce que je veux dire. Quant aux autres, j’ai beau leur demander de faire un effort, ils ne veulent rien avoir à faire avec vous. Les plus curieux vous observent et s’amusent à se montrer de temps en temps pour vous rendre dingues, les autres se barrent en vitesse-lumière quand on parle de vous.

Au 19e siècle, les philosophes ont annoncé Votre mort. Ça n’a pas été trop dur à vivre ?
Le premier à avoir annoncé ça, un moustachu au nom imprononçable, a dit aussi « ce qui ne tue pas rend plus fort ». Le gars est mort fou à l’état de légume… Ça M’a bien fait marrer, lol !!

C’est quoi votre dernier gros délire ?
Avec Belzéb’ on a fait une descente à l’Olympe, une vieille boîte montée par des types que j’ai mis minable il y a un moment de ça. On a tombé deux-trois bouteilles d’ambroisie et on a fini à pas d’heure. On a aussi pas mal fricoté avec ces dames. J’espère que J’ai pas mis un ou deux messies en route, c’est déjà assez compliqué comme ça.

Votre plat préféré ?
Le poisson en papillote, surtout ces jours-ci.

Propos recueillis avec dévotion par F.C.