Des flamands roses qui jouent au basket contre des girafes, un hippopotame qui joue au ping-pong avec une otarie, une tortue adepte du saut en hauteur… La série animée Athleticus diffusée par Arte fait un carton avec ses spots de quelques minutes dans lesquels des animaux sauvages, plus vrais que nature grâce à d’étonnantes images de synthèse, rivalisent lors d’épreuves athlétiques.

Chaque épisode s’articule autour d’une épreuve choisie dans le large éventail des sports, du tennis de table à la barre fixe en passant par le tir à l’arc et le saut en hauteur.

Les animaux sauvages réagissent en situation selon leur personnalité et les particularités de leur anatomie. La série n’est pas tombée dans le piège de l’anthropomorphisme : les animaux ne parlent pas, et leurs mimiques sont fidèles à leur nature.

Drôle et décalée, cette série de trente petits films loufoques (tous ne sont pas encore dispos) est un petit bol d’air poétique dans le maelström des vidéos en tout genre.