Alors que la spectaculaire percée de Marvel chez Netflix a donné lieu à des shows tels que Daredevil, Jessica Jones ou The Punisher, DC Comics, le grand concurrent de la maison aux idées débarque lui aussi sur le network avec une série super-héroïque, qui vient se placer dans le sillage de The Arrow ou de Flash, sans pour autant se positionner dans le même univers.

Disponible depuis peu, au rythme d’un épisode par semaine, Black Lightning est l’adaptation du comic book du même nom et voit un homme afro-américain ayant depuis longtemps décidé de mettre en sourdine ses super-pouvoirs, revenir aux affaires alors que la criminalité gangrène sa ville et met directement en danger sa famille.

Et ses super-pouvoirs d’ailleurs, quels sont-ils ? Black Lightning, comme son nom l’indique, est capable de contrôler l’électricité. De projeter des éclairs par exemple ou, plus pratique, d’éteindre ou d’allumer des ampoules à distance.

Tonalité adulte et thématiques brûlantes

Plus sérieusement, si Black Lightning ne s’impose pas comme une révolution majeure, force est de reconnaître aux premiers épisodes une tonalité plus adulte que certaines autres productions DC, ainsi qu’une volonté de faire écho à des thématiques brûlantes, à la manière de la série Marvel/Netflix Luke Cage. Surtout qu’en l’occurrence, les acteurs, Cresse Williams en tête, qui interprète le personnage principal (on a pu le voir dans Cold Case et Grey’s Anatomy), sont tous impeccables.

Si il est encore tôt pour se prononcer, on peut par contre déjà avancer que Black Lightning se montre très prometteuse…

Gilles Rolland

Retrouvez toutes les chroniques Ciné & Séries de Gilles Rolland sur